Studio Magnotta, Splendeur de la décadence

Dans les quelques considérations poétiques qui animèrent le siècle de cinéma que fut le XXème et son essence élocutrice, la critique aura parfois considéré la place de la caméra comme moyen de matérialiser, de corporaliser et d’éclairer l’acte de prise de parole. Quelques cinéastes auront sur ce terrain été radicaux de par le postulat même de leurs dispositifs respectifs – c’est-à-dire assez fous pour tenter le dessin de la voix, de faire du personnage historique, de son élocution, la clef de voûte de sa propre énonciation. À ce titre, la tentative la plus fameuse sur le plan dialectique reste celle de René Allio en 1976 avec l’adaptation de l’ouvrage collectif dirigé par Michel Foucault au Collège de France à partir du crime d’un jeune paysan en 1832. Lire la suite…

Les dossiers

Persistances

Cartouche-Une

Cartouche, Le Menuet de la mort fatale

Les cinq dernières minutes de Cartouche comptent parmi les plus belles du cinéma français. Mais pour pouvoir s’en rendre compte, il faut avant toute…

alice-une

Alice ou Les Reflets de la Parole

« Si vous avez compris ce que j’ai dit, c’est que je me suis mal exprimé »   Alan Greenspan « Quand les gens sont de mon…

Renaud-Une

Renaud, Pris par la patrouille

Il est mort, Renaud. Il est mort, et personne ne marche derrière le corbillard. Il est mort et toujours vivant. Il est mort-vivant. Ça…

Derniers articles

Paterson-Une

Paterson, Une vie de poète

Entre la Chute et la Cave, se tient le Poète. La Chute, c’est celle que devient brièvement la rivière Passaic, lorsqu’elle traverse la ville…

DiCaprio-Une

DiCaprio/Scorsese, La couleur du sang

L’irruption du visage trop lisse de Leonardo DiCaprio dans le cadre lacéré de Martin Scorsese sous-tend d’emblée la personnification physique et matérielle de sa…

Icarrie-Une

Elliot Rodger, Icarrie

« Un des moyens de séduction du Mal les plus efficaces est l’invitation au combat. Il est comme le combat contre les femmes, qui finit…