Contre la nouvelle critique (suite)

Cette année à été importante pour nous : Sédition est né. Ce passage depuis Kusanaki était plus que nécessaire pour le renouvellement de nos errances en cinéphilie. C’est donc à travers une série de retours sur une année riche en rebondissements que le premier bilan de Sédition, le nôtre, se dessinera. Le temps de revenir sur cet espace pensé depuis la colère face à ce que nous avions alors nommé la « nouvelle critique ». Celle du Nouvel Obs, des Inrocks et bien sûr des Cahiers de Delorme  dont l’avalanche de bons sentiments a fini par précipiter l’éboulement de presque toutes les valeurs éthiques qui caractérisaient la revue. Sédition est arrivé en plein cul de comète de cette désastreuse crise de la légitimité des parrains liftés au scalpel du post et du Tweet. C’est donc assez logiquement que nos plumes ont vite visé plus loin que la destruction de l’espace public de la critique. Par cet article je voudrais tenter d’y revenir, de faire le point.

Lire la suite…

Les dossiers

Derniers articles

8_TIMBUKTU_de_Abderrahmane_Sissako-_c__2014_Les_Films_du_Worso__Dune_Vision_01

Timbuktu, Ce qu’il reste

Si les visions de Timbuktu s’implantent durablement dans notre mémoire longtemps après l’avoir vu, ce n’est pas simplement pour son sujet fort et très…

mateo slide

Mateo Falcone, Faire Corps

Mateo Falcone réconcilie le cinéma Français avec une certaine pureté sensitive. Une pureté qui, pourtant, – en témoigne sa difficulté à trouver la voix…