Ma Chatte Lettre à Booba, Marie Debray – lutte pour une poétique libertaire

La rencontre était inéluctable. Qui a pu oser écrire cet ouvrage audacieusement intitulé Ma chatte, lettre à Booba ? L’auteure Marie Debray invite sans cesse le rappeur sur le ring des sentiments. Et son art de la punchline met le Duc de Boulogne, chevalier, genou à terre. Il aura fallu attendre une femme amoureuse sans doute, talentueuse sûrement, pour qu’arrive enfin le jour du jugement. Olivier Cachin, qui a consacré l’ensemble de sa carrière d’auteur à défendre le rap, cette culture illégitime, prend la plume pour écrire au sujet du livre : « pour la première fois depuis dix ans, Booba trouve un défenseur à sa hauteur. C’est un livre définitif sur le seul lyriciste agréé qui mérite d’être au cœur des polémiques, au centre des passions, dans l’oeil du cyclone d’une controverse aussi permanente qu’un coup d’état. ». Mais qui est-elle ? Et pourquoi vient-elle avec sa verve perturber le monde de la poésie et du rap mondialisé, institutionnalisé et formaté par la société…

Lire la suite...

Les dossiers

Notre Actualité

De l’inertie du corps chez Eugène Green

    « Vivre, c’est passer d’un espace à l’autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner. »                                                                                                                              Georges Perec Fermé sur lui-même,…

1983

« Un homme vient de renverser son verre de siropo sur la table. Mais si vivement que les pompes ont été prises de vitesse et…

Split, Identity of Psycho

Joyeux anniversaire Claire ! Elle souffle la flamme de son adolescence. Split s’ouvre comme se fermait The Visit : sur une recomposition familiale. Sur…

Persistances

Le marché turc

Lettre ouverte aux frangines et aux frangins qui souffrent de discrimination uberisée, de l’obésité à l’homosexualité. Face à l’intolérance de cette société réduite à…

Deniers articles

De l’inertie du corps chez Eugène Green

    « Vivre, c’est passer d’un espace à l’autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner. »                                                                                                                              Georges Perec Fermé sur lui-même,…