Le marché turc

Lettre ouverte aux frangines et aux frangins qui souffrent de discrimination uberisée, de l’obésité à l’homosexualité. Face à l’intolérance de cette société réduite à celui qui en consommera le plus. Moi fils d’immigré né en France, adopté par la République durant ma minorité ai été rejeté à la majorité.

L’échec scolaire on en connaît la cause.

Issu des quartiers difficiles un Homme vit en communauté. Il génère l’inégalité. Il y avait pourtant une promesse motivante ; la soif de réussir pour ne pas être obligé de se sacrifier comme l’ont fait nos parents.

Hélas, l’Histoire se répète et nos petits frères se découragent en admiration face aux parrains qui font tourner les ronds.

Aujourd’hui la situation est très grave.

On constate des corps marginalisés, exclus de la société se radicaliser, déçus de ne pouvoir accéder à leurs rêves. Il faut qu’ils cessent de nous prendre pour des ânes. Je pense que nous sommes plus intelligents que la moyenne.

  • Bas les masques

Nos frangins arabes et noirs ont trop souffert. Vous nous qualifiez d’assistés mais je te rappelle qu’ils ont reconstruit la France pour les trente glorieuses. Aujourd’hui vous, Français de souche, ressaisissez-vous ! Nous risquons de vivre les trente honteuses. Sachez que je ne suis plus le seul à craindre le pire.

La vie a fait de moi l’Homme que je suis, un homme tristement en colère. Mon vécu est fait de souvenirs communs. Le fameux 12 juillet 1998. Le portrait de Zidane scintillait sur l’Arc de Triomphe. Tout à coup la France se rassemblait. Unie jusqu’à un certain 11 septembre. Jour fatal qui engendra la division.

Et oui peuple français, cette lettre est bien celle d’un citoyen qui ne demande qu’à être enfin assimilé, accepté tel qu’il est. Être aimé pour ce qu’il bâtit naturellement.

On ne peut chasser le naturel, il revient au galop.

De nationalité française, un jeune Homme de trente-six ans ayant des origines marocaines.

J’ai cette chance !

Cette richesse qu’est la double culture. Né à Courbevoie/dans les Hauts de Seine. Une ville.

J’ai dit bas les masques

Le putain de keukeu

Représente le 9.2.4

Pas de putain de cadeau

J’ai dit bas les masques, le putain de keukeu. Les sens s’éveillent /tous.

Une taffe ou deux, j’en ai besoin pour être sociable. Être cool/Je vois la vie en rose, flirter avec le diable a un prix.

Nordo putain Nordo de là-haut tu dois m’insulter.

tupac illustr milieu
« Pas d’récession sur le ter-ter, chez nous pas d’crise monétaire
À la mémoire de mon frère, j’vais tous me les faire. » Élie Yaffa

Mais tu sais qu’à l’aurore de l’an 2000 tout n’est pas si facile… Finies les énergies fossiles.

Contre la haine voici l’émotion du jour pour un ensoleillé. Certains sont venus, comme moi, te parler ici d’amour. Cette drôle d’émotion qui vit en chaque être humain, riche ou pauvre, cool ou camé.

Cet amour m’a rayé de son parcours comme le maillot de l’Argentine. Les gestes d’une Femme pour un Homme sont l’émancipation ; essentiel pour progresser dans cette vie où on doit faire face à toutes sortes de difficultés.

À suivre

Commentaires

commentaires

Publié par
More from Adil Hamdani

Le marché turc

Lettre ouverte aux frangines et aux frangins qui souffrent de discrimination uberisée,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *