Serge Daney

2012, Tout va bien

par

Voyant la silhouette terrifiante de florent philippot tapie dans l’ombre de sa victoire, je m’interroge sur ce qui nous a rendus si laid. Comment pouvons-nous ressembler de si près à un mauvais méchant dans un film au scénario pourtant si con.

Espion(s), Entre parenthèses

par

Retour sur Espion(s) Avec Nicolas Saada…
FC: Comment définiriez-vous l’approche que vous avez de vos références classiques dans le film ? (je pense par exemple à Hitchcock, Lang, Preminger)

NS: Je voulais me reposer sur eux, moins par désir d’hommage (quelle horreur) que parce que ce sont les cinéastes qui m’ont donné envie de faire du cinéma. Je ne voulais jamais perdre de vue ce désir. Et ce n’était pas tous les jours évident.